C'est pourquoi (3) : une conduite sainte

Dans le second article, nous avons vu que l’exhortation en Romains 6 v 12 nous a amené à considérer le contexte : si le croyant est uni à Christ par la foi, cela est valable tant pour la justification que pour la sanctification. Le vrai chrétien est mort au péché, le péché ne peut plus le condamner, il n'est plus esclave du péché, mais vivant avec Christ, et il vit pour Dieu, comme Christ vit pour Dieu.
C’est la position du chrétien, c'est son état, sa situation : c’est ce qu'il est en Christ.

C’est de là que découle l’exhortation que nous avons aux versets 12-13 (de Romains 6), qui concerne la conduite que doit avoir le chrétien dans ce monde.

La première chose que l’auteur souligne, c’est qu’il y a une distinction à faire entre la position du chrétien et sa conduite.

Paul ne dit pas (v 12) : «que le péché ne règne pas en vous». Il ne peut pas le dire, parce que le péché ne peut pas régner dans le croyant; Paul vient de l’expliquer dans les premiers versets. Le chrétien est mort au péché, le vieil homme a été crucifié avec Christ. Christ est mort une fois pour le péché, le chrétien est mort UNE FOIS avec lui. Maintenant il vit avec Christ. Paul le dit en Galates 2 v 20 : «si je vis dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu…»
Paul ne peut donc pas dire «que le péché ne règne pas EN VOUS».

Par contre, il dit «que le péché ne règne pas dans votre corps mortel». Le péché habite ce corps, cette nature héritée de nos parents: Paul le dira en Romains 7: la chair est le siège d’une loi contraire à la loi de Dieu…

Mais il donne cette exhortation pour au moins deux raisons:

- Il met en évidence le contraste entre les deux natures. Le vieil homme est mort, il a été crucifié avec Christ. Ce corps est mortel, il est appelé à mourir. La nouvelle nature / création est pleine de vie, la vie de Dieu dans le cœur de l’homme. Le chrétien est devenu participant à la nature divine. Ce corps ne l’est pas encore, mais il sera un jour rendu parfait (Philippiens 3 v 20, 21). Le chrétien vit encore dans ce corps mortel, ce corps dans lequel habite le péché. Mais ce corps est destiné à mourir, il est mortel.
- C’est un encouragement: le conflit entre la nouvelle création et la corps mortel est temporaire. Il ne dure que le temps de notre séjour sur terre. Tant que nous serons dans ce corps, nous serons dérangé par le péché. Mais cela ne dure que pour un temps, jusqu’au jour où notre corps sera rendu parfait, à l’image de Christ.

L’exhortation de Paul est donc ceci: tant que vous êtes dans ce corps mortel, le péché sera présent, il va chercher à utiliser ce corps, cette chair pour dominer sur vous: nous ne devons pas le laisser faire.
Le témoignage du chrétien est celui-ci: j’ai été racheté à un grand prix pour servir l’Éternel. Je suis à lui, je ne peux pas laisser le péché ou ce corps prendre le dessus avec ses convoitises. D’où la nécessité de veiller et de prier, de vivre dans une dépendance totale de Christ.
Paul le répétera plus loin en Romains 13 v 14: «Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ, et n'ayez pas soin de la chair pour en satisfaire les convoitises.»

Paul poursuit son développement en passant de la description de la position du chrétien à sa conduite.

Notre conduite - négativement : «ne livrez pas…»

Il parle du péché comme d’une personne: c’est le grand ennemi, la grande puissance, une réalité cruelle, c’est l’ennemi qui cherche toujours une opportunité (David: se repose au lieu d’être à la bataille: un regard amène la convoitise, l'adultère, le meurtre et l'aveuglement).
Ne livrez pas vos membres: c'est-à-dire chaque partie de notre corps, que ce soient les capacités physiques, mentales (faculté de raisonnement, d'imagination, de pensée), les émotions... Aucune partie d’un homme ne doit être livrée à l’adversaire… Rien ne doit être présenté au péché, à cet ennemi, pour qu’il l’utilise. Rien ne doit lui être livré pour qu’il en fasse un instrument d’injustice, d’opposition à Dieu.
Aucun membre physique: David s’est laissé tenté par son corps (il aurait pu se reposer près de ses armées…), par ses yeux, la chair…
Aucun membre mental: les docteurs de la loi se laissent tenter par la philosophie, l’amour de la sagesse, du raisonnement, de la rhétorique… on peut se laisser tenter à mettre sa confiance dans un système de lois, de morale, devenir religieux…
Aucun membre émotionnel: le jeune homme riche renonce à suivre Jésus parce qu’il aime autre chose davantage que le Seigneur Jésus…
Et Paul de marteler que rien, qu’aucun membre ne soit l’instrument entre les mauvaises mains.
Colossiens 3 v 5-17: «Faites donc mourir ce qui, dans vos membres, est terrestre, la débauche, l'impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie. C'est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion; c'est ainsi que vous marchiez autrefois, lorsque vous viviez dans ces péchés. Mais maintenant, renoncez à toutes ces choses, à la colère, à l'animosité, à la méchanceté, à la calomnie, aux paroles équivoques qui pourraient sortir de votre bouche. Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme et de ses œuvres, et ayant revêtu l'homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance, selon l'image de celui qui l'a créé...»
L’adversaire attaquera le chrétien: si ce n’est pas physiquement, c’est mentalement; si ce n’est pas mentalement, c’est dans l’imagination; si ce n’est pas l’imagination, c’est dans l’émotion… L’adversaire ne se pose pas la question de savoir comment, ce qu’il veut c’est une partie de la personnalité du chrétien, un ou plusieurs membres qu’il peut utiliser à ses fins.
Le chrétien est appelé à être conscient de cet ennemi, et à veiller et prier, à revêtir l’armure de Dieu comme elle est décrite en Éphésiens 6.

L'homme a chuté, et le chrétien chutera encore: physiquement, ou par l’imagination (en mettant en doute la Parole de Dieu), ou par l’émotion (vouloir abandonner, renoncer)… Mais Dieu est fidèle, il garde les siens, il les relève…

Ces membres qui étaient des instruments d’iniquité, Dieu les utilise comme instruments de justice.
Romains 6 v 17-20 : esclave d’un maître sévère (Satan), le chrétien a été affranchi et appartient à un autre Maître, bon et juste. Ses mêmes membres et facultés sont maintenant entre des mains meilleures.

Notre conduite - positivement

Il y a quelque chose en plus: donnez-vous vous-mêmes !
Est-ce que Paul a oublié cet appel tout à l’heure ? NON.
v 1-11 : le chrétien ne peut pas se livrer au péché parce qu'il est mort au péché, mort avec Christ.
L'exhortation «Donnez-vous vous-mêmes» s'adresse au croyant, parce que seul le croyant peut le faire.
L’incroyant ne peut jamais être utilisé par Dieu comme un instrument de justice. Dieu peut utiliser les Chaldéens, le roi Cyrus, Judas et d'autres qui le connaissent pas, dans un sens négatif, pour juger son peuple. Mais quand il s'agit de faire avancer le royaume de sa justice, il utilise ses enfants, des personnes vivantes, qui le connaissent personnellement, l'aiment et sont à son service.

Le chrétien ne vit plus pour lui-même, mais il est au service de Dieu.

Matthieu 16 v 24-26: «Alors Jésus dit à ses disciples: Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive. Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera. Et que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s'il perdait son âme?...»

Le chrétien est appelé à se donner lui-même, à offrir ses membres et ses capacités au service de Dieu.
Exemple: se donner à la prière: physiquement (s’arrêter dans nos occupations), mentalement (nous rappeler des attributs de Dieu, de son œuvre, de ses promesses), et avec les émotions (l’aimer et l’adorer…)

Conclusion

Voilà l’exhortation de l'apôtre pour le croyant. Elle concerne sa conduite, et non pas sa position en Christ, ou sa personne.
Le chrétien est saint en Christ, et il est exhorté à manifester cette réalité en ne laissant pas la chair reprendre le dessus. L’adversaire est rusé, les chutes sont fréquentes. Mais ce qui est grave, c’est de laisser le péché utiliser une des facultés, un membre qui est appelé à être un membre de justice, que ce soit physique, mental, ou émotionnel. Et nous l’utilisons pour le mal…

Mais si nous sommes animés par ce désir de suivre Christ, et si nous sommes confus d’être loin d’y arriver, cela ne peut que nous pousser à nous réfugier toujours plus en Christ, à voir la valeur de son sacrifice, sa justice comme seule base pour notre acceptation devant Dieu (1 Jean 2 v 1), et à désirer le ciel où nous serons rendu semblable à son image, et où nous le servirons parfaitement, sans avoir à craindre le péché, puisqu’il n’y en aura plus...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

Le site va changer d'adresse en novembre 2012.

À partir du 22 octobre, l'adresse est

www.levangileaujourdhui.net.