C'est pourquoi (6) : aucune condamnation

Il n’y a donc maintenant plus aucune condamnation (Romains 8 v 1)

MAINTENANT
Christ a satisfait toute la loi : par son obéissance, sa vie parfaite ; mais aussi par sa mort, en subissant la condamnation requise par la loi pour le péché… Sans Christ, le croyant est sous la loi, cette loi qui révèle la volonté parfaite de Dieu, et qui condamne le pécheur parce qu’il ne l’obéit pas… Mais maintenant, à cause de son union avec Christ, cette loi ne peut plus le condamner, parce qu’elle a été accomplie par le Représentant, le Substitut, Jésus-Christ.
« Aucune condamnation » : Jésus n’a pas seulement fait le plus important pour nous laisser régler les points secondaires ! Non, il a tout accompli, il a porté toutes nos fautes, subit la condamnation pour tous nos péchés…
Ce « maintenant » établit une distinction :
- autrefois : le chrétien était sous la loi – un homme naturel – un enfant de colère
- maintenant : le chrétien est sous la grâce – un homme surnaturel, spirituel – un homme accepté par Dieu en Jésus-Christ

Maintenant, le croyant n’est plus sous la malédiction de la loi, il en a été racheté, il est entré dans une nouvelle alliance dans laquelle il n’y a que grâce et pardon.
Jean 5 v 24 : il est passé de la mort à la vie, et ne vient point en jugement…

AUCUNE CONDAMNATION
Non seulement cela veut dire que Jésus a porté TOUS les péchés du chrétien, qu’il a subi la condamnation pour toutes les fautes du chrétien, et que la position actuelle du croyant est d’être en règle avec Dieu… mais en plus, cette position ne peut pas changer.
Le croyant ne peut jamais être condamné ! L’apôtre le redira à la fin du chapitre : RIEN ne peut nous séparer de l’amour de Dieu en Jésus-Christ, rien ne peut détruire cette relation…

Certains enseignent que cela veut dire que les péchés passés ont été pardonnés, mais que dès que le croyant pèche, il retombe sous la condamnation de la loi. Et dès qu’il a confessé ses fautes et demandé pardon, il revient dans une position de « non condamné », jusqu’à la prochaine chute : il fait du yoyo…
Paul dit NON ! Aucune condamnation ! Le croyant en a fini avec la loi, il en a été affranchi. La relation entre Dieu et lui n’est plus une relation basée sur un plan légal, mais sur une relation personnelle d’amour. Le croyant ne parle plus de sa relation avec Dieu en termes de la loi, mais en termes d’affection et d’amour.
Bien entendu, et nous l’avons vu en Romains 7, le croyant va chuter, il va pécher, mais quelque chose a changé : un non-croyant qui commet un péché est comme un homme qui transgresse la loi de son pays : il devient un hors-la-loi, parce que sa relation avec la loi du pays est sur des termes légaux ; un croyant qui commet un péché est comme un mari qui fait quelque chose qui déplaît à sa femme, il lui brise son cœur. Sa position ne change pas (il est toujours le mari), sa relation ne change pas (la loi n’intervient pas !), mais le péché apparaît encore plus horrible parce qu’il a été commis contre quelqu’un qu’il aime ! Sa relation d’amour a été affectée…
Le croyant voit le péché comme quelque chose d’horrible, de répugnant, non pas parce que la loi le dit (relation froide et légaliste), mais parce qu’il affecte la relation d’amour que Dieu a établit entre le croyant et Lui.
Exemple : David a commis l’adultère, le meurtre… mais s’écrie : C’est contre toi (Dieu) que j’ai péché…
Le chrétien ne doit plus réfléchir à sa relation avec Dieu en termes de la loi, il n'est plus là : il en a été affranchi !
Il ne doit pas laisser l’adversaire le ramener dans ses pensées à cette position « sous la loi », parce que ce n’est plus la position du croyant…

POUR CEUX QUI SONT EN JÉSUS-CHRIST
Paul manifeste son amour pour les croyants : au chapitre 7, il a parlé de lui, de son expérience personnelle, soulignant que même lui le « grand apôtre » n’est pas exempt du conflit spirituel, c’est une réalité pour chaque croyant…
Ici, il parle « pour ceux » : trop souvent, le croyant se prive des consolations qui sont dans l’Ecriture. Si Paul avait dit « pour moi » ou « pour nous », nous aurions pu penser que c’était normal pour quelqu’un d’aussi spirituel. Mais Paul dit que cela est vrai « pour ceux qui son en Jésus-Christ », pour TOUT enfant de Dieu. C’est une expérience personnelle (verset 2), mais commune à tout vrai croyant en Christ.
Il ne dit pas que Jésus-Christ est avec eux, qu’il est à leur droite… Mais que eux sont en Lui. Quel mal peut atteindre le Fils de Dieu ? Quel mal peut alors atteindre ceux qui sont en Lui ?
C’est parce que le chrétien est uni à Lui que ses souffrances et son obéissance sont mises sur le compte de chaque chréien. Il a satisfait la justice de Dieu, il a accomplit tout ce que la loi exigeait.
Et c’est par cette union que le chrétien a la vie, d’où il tire sa justification, sanctification, réconfort. C'est l'image du Cep et des sarments…

Avoir Jésus-Christ, être en Lui, c’est avoir tout ce qui est en Lui. Luther dit :
« Ce qui donne la paix à notre conscience, c’est que par la foi nos péchés ne sont plus les nôtres, mais Dieu les a mis sur le compte de Jésus-Christ ; et il nous a donné la justice de Jésus-Christ. Jésus-Christ pose ses mains sur nous, nous sommes guéris ; il jette son manteau sur nous, nous sommes vêtus ; car il est un Sauveur glorieux, béni éternellement. »

Cette union est typifiée dans l’Ancien Testament par le Souverain Sacrificateur qui portait sur sa poitrine 12 pierres sur lesquelles étaient inscrits les noms des 12 tribus du peuple d’Israël. Quand il se présentait devant l’Éternel, c’était tout le peuple que se présentait devant Lui. En Jésus-Christ, tous les croyants sont devant Dieu, acceptés par Lui, délivrés…

Encore une fois l’image du mariage… Si une femme a des dettes avant son mariage, lorsqu’elle se marie, ces dettes deviennent la responsabilité du mari. Le croyant est « marié » à Jésus-Christ, il n’est plus sous les exigences, la tyrannie de la loi : Jésus-Christ a tout accompli.

Plus de condamnation ! Affranchi ! Rien ne peut détruire cette nouvelle relation.
l’Esprit œuvre dans la vie du croyant (caractère spirituel, non plus charnel)
c'est une relation intime, une adoption
c'est un héritage qui affecte toute la création
l’Esprit dans le croyant, il intercède pour lui

la nature même de Dieu est impliquée dans le salut : Lui qui est tout-puissant, n’a pas épargné son propre Fils, alors qu’il aurait pu… Va-t-il maintenant laisser tomber ? NON. Dieu a planifié et exécuté son plan de salut, et RIEN ne pourra le détruire.Le chrétien a TOUT pleinement en son Fils qu’il a donné. Il n’y a donc maintenant plus aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

Le site va changer d'adresse en novembre 2012.

À partir du 22 octobre, l'adresse est

www.levangileaujourdhui.net.