Qu'est-ce que la repentance ?

 

John Colquhoun - 192 pages - Europresse

« Comme il le dit lui-même dans les évangiles, le Seigneur Jésus n’est pas venu pour appeler les justes à la repentance, mais les pécheurs. La vraie repentance fait donc partie de la religion de l’homme pécheur et non de l’innocent. Elle est l’œuvre de l’Esprit de Christ dans la régénération et la sanctification du pécheur. Elle est absolument essentielle à la nature du chrétien véritable. » (page 9)
C’est par ces paroles que l’auteur introduit le sujet qu’il examine dans ce livre édité par Europresse. Mais qu’est-ce que la repentance ?

Caïn, Pharaon, Judas, et d’autres, ont expérimenté une repentance, mais elle ne les a pas menés à la vie.
La repentance est-elle simplement un remords ? Est-ce un changement de conduite par peur de la sentence divine ? La repentance peut-elle exister sans la foi qui unit à Christ ? Est-elle unique, initiale, dépendante d’une faveur spéciale de Dieu, ou un exercice quotidien ?
Dans ces quelques pages, l’auteur, tel le pasteur qu’il était, amène le lecteur à considérer son expérience à la lumière de la Parole de Dieu.

Il aborde la question des sources de la repentance (l’œuvre de l’Esprit de Dieu et de la Parole, la prise de conscience de l’horreur du péché et de la beauté de l’Évangile, la compréhension du pardon divin en Jésus-Christ…), de la nature et de l’importance de la repentance (une humiliation devant Dieu, la honte et la confusion, la confession du péché…), de la nécessité de la repentance (exigée par Dieu : sans elle, pas de vie éternelle).

L’auteur prend ensuite le temps de comparer la vraie repentance à la fausse. Voici ce qu’il écrit à la page 102 : « Si le vrai repentant agit mal, il en assume la responsabilité. S’il agit bien, il en attribue toute la gloire à Dieu. Il se sait dépourvu de toute justice propre, implore la miséricorde et se soumet à la justice de Jésus-Christ, seul fondement de sa justification. Tel est le caractère distinctif de l’humiliation biblique. Celui qui re repent seulement en raison des sanctions de la loi n’y a pas la moindre part. Au contraire, il accuse les autres pour le mal qu’il commet et se félicité du bien qu’il accomplit. Le premier accepte la totalité du salut de Christ comme un don absolument gratuit ; l’autre est disposé à n’en recevoir qu’une partie et cela, en vertu de sa propre repentance et de sa foi. »
L’auteur examine ensuite les fruits et les preuves d’une vraie repentance, puis considère quelle est sa place dans le déroulement du salut. Il termine en répondant aux objections « les plus plausibles » (page 161).

Loin de se concentrer sur une étude purement intellectuelle, l’auteur fait constamment le lien entre l’enseignement de la Parole de Dieu et l’application dans la vie pratique, de sorte que le lecteur est à la fois enseigné et exhorté. L’auteur ne cesse d’inviter le lecteur à venir à Christ dans la foi et la repentance, afin qu’il grandisse dans son amour pour ce Sauveur merveilleux que le Père a frappé à cause de nos péchés (Ésaïe 53). « Combien le péché apparaît dans toute son horreur à Golgotha, où la justice inexorable de Dieu frappe et perce son Fils bien-aimé !… Le Fils  de l’amour infini du Père subit la terrible ardeur de sa colère infinie !… Ne l’aimerez-vous pas en retour, au point de haïr vos péchés, de vous en lamenter et de les abandonner pour lui ? Priez pour que le grand amour qui l’a mené à la mort vous contraigne à mourir au péché… » (page 73)

En ayant une perspective biblique sur cette question vitale, l’Église d’aujourd’hui n’en tirerait que des bénéfices à la gloire de Dieu. Voici donc un livre à lire et à méditer.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

Le site va changer d'adresse en novembre 2012.

À partir du 22 octobre, l'adresse est

www.levangileaujourdhui.net.